fève


fève

fève [ fɛv ] n. f.
• fin XIIe-XIIIe; lat. faba favisme
1Plante (légumineuses) annuelle, vesce dont les graines se consomment fraîches ou conservées. Champ de fèves.
2Cour. La graine de cette plante. Grosse fève ou fève des marais (appelée gourgane n. f. , au Québec). Petite fève. féverole. Gousse, cosse des fèves. Écosser des fèves.
(v. 1220) Fève des Rois : fève (et par ext. petite figurine, etc.) que l'on met dans un gâteau le jour de la fête des Rois.
3Par anal. Fève de cacao ou absolt fève : graine de cacaoyer (contenue dans la cabosse). — Fève de Calabar. physostigma.
Région. (Canada) Haricot. Fèves vertes, jaunes, rouges. Fèves au lard.

fève nom féminin (latin faba) Plante annuelle (papilionacée) à longues gousses, dont on consomme les grosses graines, vertes ou sèches ; graine de cette plante. Nom donné à des graines de forme voisine utilisées en pharmacie (fève de Saint-Ignace [stimulant gastro-intestinal contenant de la strychnine], fève de Calabar, fève tonka [dont on extrait la coumarine], fève pichurim [excitant stomachique et antidiarrhéique]). Petit objet de porcelaine caché dans la galette des Rois.

fève
n. f.
d1./d Plante potagère (Vicia faba, papilionacées).
d2./d Graine de cette plante, semblable à un gros haricot plat, de goût plus fort, légèrement amer. (V. gourgane.)
|| Figurine qu'on cache dans une galette pour tirer les rois le jour de l'épiphanie.
|| Par ext. Nom cour. des graines de divers végétaux. Fève de cacao: graine du cacaoyer.
d3./d (Québec) Haricot. Fèves jaunes, fèves vertes. Fèves au lard: plat traditionnel composé de fèves sèches cuites au four avec du lard salé.
d4./d (France rég.) Fig., Fam. Personne niaise, peu dégourdie.

⇒FÈVE, subst. fém.
A.— BOT. Plante potagère (famille des Légumineuses) dont les graines comestibles sont contenues dans de grosses gousses laineuses. Les champs de fèves chavirent comme pour renverser leur poids de fleurs dans les canaux et les rigoles (GIONO, Gd troupeau, 1931, p. 254) :
1. Une sœur de Théo parlait de l'effet hallucinatoire, produit chez elle par les senteurs d'un champ de fèves, des rêves troubles que cela lui faisait monter au cerveau, tout éveillée qu'elle était. Théo, sortant de sa somnolence, dit : « La fève est la plante qui touche le plus à l'animalité. Vous savez qu'elle se retourne dans la terre. Pythagore la considérait si bien comme quelque chose en dehors de la végétation ordinaire, qu'il la proscrivait comme de la viande ».
GONCOURT, Journal, 1872, p. 883.
Fève de(s) marais. Fève commune à grosses graines, de culture maraîchère. (Ds dict. XIXe et XXe s.). Synon. région. (Canada) gourgane ou grosse fève. Culture de la fève de marais (Guide de jardinage Gonthier, 1978, p. 32).
Proverbe, rare. Un proverbe du Moyen Âge affirme que lorsque les fèves fleurissent, les fous se montrent (HUYSMANS, Là-bas, t. 2, 1891, p. 224).
B.— P. méton.
a) ALIM. gén. au plur. Graine de cette plante. Écosser des fèves; plat, purée de fèves. Les petites fèves de marais, qu'on appelle « fèves anglaises »; quand elles sont encore vertes, c'est un manger des dieux (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 219).
b) Expressions et proverbes, au fig., pop., au sing. ou au plur.
Compter les fèves. Faire des choses sans importance, attendre; poireauter. Nous travaillons pour les élections minicipales [sic] oui ou m...? — Et alorss! Nous avons pas venns [lire venus] ici pour compter les fèves, va! (MUSETTE, Cagayous partout, 1905, p. 35).
Donner un pois pour avoir une fève (vieilli). Faire un petit cadeau pour en recevoir un plus grand. [Justin à Vernoubrel] — Quoi! tu as prêté de l'argent, toi qui ne donne un pois que pour recevoir une fève? (FABRE, Courbezon, 1862, p. 408).
S'il me donne des pois je lui donnerai des fèves. ,,S'il me fait de la peine, s'il me donne du chagrin, je lui rendrai la pareille`` (Ac. 1835, 1878). Synon. vieilli. Rendre fève pour pois (Ac. 1835, 1878 et ds LITTRÉ, DG, Lar. Lang. fr.).
C.— [P. anal. de forme]
1. BOT. [Fève + gén. détermin.]
a) Vx et région. (Ouest et Canada). Fèves (de haricots). Haricots blancs. Petites fèves. Haricots verts (ds LITTRÉ, DG, Lar. Lang. fr.). Fèves vertes, jaunes, rouges. Avez-vous déjà mangé des fèves au lard avec une perdrix ou deux au milieu du pot? Ç'a goût d'amande. Y a rien de meilleur. Ça ramènerait un mort (GUÈVREMONT, Survenant, 1945, p. 47).
b) Graines ou plantes diverses (dont les graines sont enfermées dans des gousses).
Fève (arabique). Graine de caféier. Les douceurs (...) de la fève arabique qui fait penser (BRILLAT-SAVAR., Physiol. goût, 1825, p. 393:
2. ... l'honneur de la découverte (...) appartient incontestablement à celui qui, le premier, s'est avisé de torréfier cette fève. Effectivement, la décoction du café cru est une boisson insignifiante; mais la carbonisation y développe un arome, et y forme une huile qui caractérisent le café tel que nous le prenons, et qui resteraient éternellement inconnus sans l'intervention de la chaleur
BRILLAT-SAVAR., Physiol. goût, 1825, p. 108.
Fève (de cacao). Graine de cacaoyer. Pendant longtemps, on n'importa en Espagne que du chocolat tout préparé : mais, petit à petit, les procédés de fabrication furent connus et des fabriques s'installèrent qui importèrent alors les graines ou fèves de cacao (BRUNERIE, Industr. alim., 1949, p. 36) :
3. ... la fabrication du chocolat comprend toujours les opérations suivantes : choix et magasinage des cacaos, nettoyage et triage des cacaos, torréfaction des fèves, concassage, décortication et dégermage des fèves torréfiées, broyage du cacao décortiqué, mélange de la pâte de cacao avec le sucre...
BRUNERIE, Industr. alim., 1949 p. 36.
Fève de/du Calabar. Graine d'une liane d'Afrique occidentale. Une goutte de solution d'extrait de la fève du Calabar dans la glycérine introduite avec un petit pinceau entre les deux paupières détermine, quelques minutes après, la contraction de la pupille (LITTRÉ-ROBIN 1865).
Fève d'Égypte. Le Nelumbo ou fève d'Égypte provient du Nymphaea nelumbo, plante qui, dit-on, est en même temps le Lotos sacré des Égyptiens et le Tamara de la religion indoue (DORVAULT, L'Officine ou Répertoire général de pharmacie pratique, Labé, 1850, p. 383).
Fève de Tonka. Graine d'un arbre de la Guyane. La coumarine est le principe odorant de (...) la fève de Tonka (LEBEAU, COURTOIS, Pharm. chim., t. 2, 1929, p. 220). V. tonka.
2. Domaines divers
a) ART VÉTÉR.
) Vx. Gonflement anormal du palais qui s'observe parfois chez le cheval. (Quasi-)synon. lampas (Ac. 1835, 1878).
) Germe de fève ou p. ell. fève. Tache noire située au milieu des douze dents antérieures des jeunes chevaux. C'était un cheval de dix-huit ans (...). Maintenant, un peu abruti, sans souffle et sans fève, la tête basse (ESPARBÈS, Grogne, 1905, p. 50).
b) ENTOMOL. Chrysalide de certains insectes, en particulier du ver à soie. La chenille ne quitte sa dernière peau que dans le follicule pour paroître sous une forme toute différente, qu'on nomme ordinairement fève; mais mieux chrysalide, aurélie ou nymphe. Cette nymphe est une petite masse allongée, ovale plus grosse à l'une de ses extrémités (DUMERIL, Élémens des sc. nat., Paris, Deterville, t. 2, 1825, p. 90).
c) CONCHYLIOLOGIE. Fève marine. Nom usuel d'un coquillage du genre buccin. (Ds GUÉRIN 1892, QUILLET 1965, Lar. Lang. fr.).
D.— CIVILIS., au sing.
Fève ou légume sec, ou petit objet que l'on place dans la galette des rois. Une galette pour les rois? Avec une fève dans le milieu! (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 414) :
4. Au dessert, on apporta le gâteau des rois. Or, chaque année, M. Chantal était roi. (...) il trouvait infailliblement la fève dans sa part de pâtisserie, et il proclamait reine Mme Chantal. Aussi, fus-je stupéfait en sentant dans une bouchée de brioche quelque chose de très dur qui faillit me casser une dent. J'ôtai doucement cet objet de ma bouche et j'aperçus une petite poupée de porcelaine, pas plus grosse qu'un haricot.
MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Mlle Perle, 1886, p. 629.
Loc. fig. Trouver la fève au gâteau. Faire une bonne découverte, une bonne rencontre, trouver une solution à... :
5. La fève n'est pas autre chose que le symbole de notre soufre emprisonné dans la matière; véritable soleil minéral (...) dispensateur de toute jouissance sur la terre. C'est lui, cet or jeune et vert, qui dotera l'artiste (...) du triple privilège de la santé, de la fortune et de la sagesse. Voilà pourquoi l'expression : trouver la fève au gâteau, signifie aussi bien faire une découverte géniale et importante, qu'une excellente et riche affaire. De même, il est bon de noter que la fève de la galette des rois est souvent remplacée par un bébé minuscule, appelé baigneur, ou par un petit poisson, lui aussi de porcelaine...
CANSELIET, Alchim., 1936, p. 93.
Gâteau à (de) la fève. Gâteau du jour des rois. Le récit de cette soirée des Rois, des feuilles de buis, du gâteau à la fève ont fort amusé nos dames, qui ne connaissaient pas cela (E. DE GUÉRIN, Lettres, 1839, p. 245).
Roi de la fève. Celui à qui est échu la fève du gâteau et qui a été proclamé roi de la fête :
6. Qui est-ce qui ne sait pas que cette plaisanterie du roi de la fève nous vient des Romains, dont les enfans, pendant les saturnales, tiraient au sort à qui serait roi du festin? Cet emploi de la fève, pour interroger le sort, remonte aux Grecs, qui se servaient de fèves pour l'élection de leurs magistrats.
JOUY, Hermite, t. 5, 1814, p. 32.
REM. Févette, subst. fém. ,,Variété de fève de petite taille`` (ROB. Suppl. 1970). La soupe des févettes (MUSETTE, Cagayous partout, 1905, p. 25). Herbettes, brindilles ou févettes que les gens allaient glaner dans les collines pour faire le jus (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 283).
Prononc. et Orth. :[]. Enq. : ev/. Ds Ac. 1694-1932. FÉR. Crit. t. 2 1787 signale pour Paris la prononc. [fe:v] bien que la règle soit de prononcer [] devant une consonne articulée. Étymol. et Hist. 1178 (Renart, éd. E. Martin, IV, 371, t. 1, p. 156); ca 1220 trouver la fève [du gâteau des Rois] (G. DE COINCI, éd. V. F. Kœnig, II Mir 25, 410). Du lat. class. faba « fève ». Fréq. abs. littér. :260. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 757, b) 285; XXe s. : a) 183, b) 195. Bbg. COHEN 1946, p. 11. — HASSELROT /0e s. 1972, p. 8 (s.v. févette). — THOMAS (A.). Nouv. essais 1904, p. 346, 349, 363.

fève [fɛv] n. f.
ÉTYM. XIIIe; du lat. faba.
1 Plante (Papilionacées), herbacée, annuelle, vesce dont les graines se consomment fraîches ou conservées. || Fève des marais. || Champs de fèves.
1 D'autres assurent qu'il (Pythagore poursuivi par les Crotoniates) rencontra dans son chemin un champ de fèves qu'il fallait traverser, que jamais Pythagore ne put s'y résoudre : Il vaut mieux mourir ici, dit-il, que de faire périr toutes ces pauvres fèves.
Fénelon, Pythagore, in Littré.
2 Cour. Graine de cette plante. || Grosse fève ou fève des marais (appelée gourgane, n. f., au Québec). || Enveloppe qui renferme la fève. Cosse, robe. || Écosser des fèves. || La fève, aliment riche en azote. Féculent. || Purée de fèves. || Petite fève. Féverole, févette (régional), et aussi faséole.
tableau Noms de légumes.
Loc. prov. (Vx). Donner un pois pour une fève : donner qqch., afin d'obtenir davantage.Trésor des Fèves et Fleur des Pois, récit de Nodier (1837).
(V. 1265). Mod. || Fève des Rois : fève, ou (plus cour.), figurine de plastique que l'on met dans un gâteau le jour de la fête des Rois. || Roi de la fève, à qui a échu la fève cachée dans le gâteau. — ☑ Loc. Trouver la fève au gâteau : avoir une chance.
2 Le roi boit ! Le roi boit ! Respectons une tradition très vieille, et versons à boire au roi de la fève, qui vient de buter de la dent sur un haricot (…)
Colette, Belles saisons, Les rois.
Loc. fam. Compter les fèves : ne rien faire; attendre sans raison.
3 (1611). Par anal. || Fève de cacao : graine de cacaoyer.Vx. || Fève arabique : café.Mod., techn. || Fève en parche : grain de café entouré de son endocarpe.Fève de, du calabar. Physostigma (→ Belladone, cit. 2).Fève tonka ou de tonka. Coumarou.Fève d'Égypte : nelumbo.
Fève à cochon : jusquiame.
4 Régional (Canada). Haricot. || Fèves vertes, jaunes, rouges.Fèves au lard : plat de haricots secs au lard, cuits au four à feu modéré, avec de la mélasse et de la moutarde.
5 Par anal. Vétér., vx. Gonflement du palais chez le cheval.Tache noire sur les dents antérieures du cheval.
Chrysalide de ver à soie.
DÉR. Féverole, févette, févier.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • fève — fève …   Dictionnaire des rimes

  • FEVE — Schmalspurbahn im Bahnhof von Ferrol FEVE Bahnhof in Santander Ferrocarriles de Vía Estrecha (dt. „Schmalspureisenbahn“), abgekürzt FEVE, ist e …   Deutsch Wikipedia

  • feve — FEVE. s. f. Sorte de legume long & plat, qui vient dans des gousses. Grosse feve. petite feve. feve nouvelle. feve de marais. quand les feves sont en fleur. escosser des feves. frezer des feves. des feves frezées. On dit prov. & bass. S il me… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Fève — Désigne par métonymie un producteur ou un marchand de fèves. C est dans le Cher et les Vosges que le nom est le plus répandu …   Noms de famille

  • FEVE — (pronunciamos fe ve ) sustantivo femenino 1. Sigla de Ferrocarriles de Vía Estrecha , España …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • feve — Feve, voyez Febve …   Thresor de la langue françoyse

  • Fève — Cet article concerne la fève en tant que légume. Pour la fève, objet d Épiphanie, que l on trouve dans les galettes des rois, voir Favophilie …   Wikipédia en Français

  • fève — (fè v ) s. f. 1°   Plante de la famille des légumineuses qui produit des semences alimentaires. Rogner des fèves, couper le sommet de la plante pour faire nouer et grossir les graines. •   D autres assurent qu il [Pythagore poursuivi par les… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • FEVE — station, on its way to Gijón] FEVE (Ferrocarriles Españoles de Vía Estrecha, meaning Narrow Gauge Spanish Railways ) is a state owned Spanish railway company, which operates most of Spain s 1,250 km (775 miles) of metre gauge railway. HistoryFEVE …   Wikipedia

  • FÈVE — s. f. Plante de la famille des Légumineuses, qui produit des semences alimentaires. Semer des fèves. Un champ de fèves. Quand les fèves sont en fleur.   Il se dit également Des semences de cette plante, qui sont oblongues, un peu comprimées, et… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.